Challenge « Salade d’été » sur Cuisine Actuelle… en cadeau, un lot d’huiles infusées « La Tourangelle » !

2-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

Il y a quelques jours, j’ai reçu un super colis avec un lot de 4 huiles « La Tourangelle »

… en cadeau pour avoir participé et été l’une des « gagnantes » du Challenge « Salade d’été » organisé par Cuisine Actuelle cet été au mois d’août !…

1-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

J’avais alors proposé ma recette de « Salade de fenouil cru râpé et sa crème glacée au Chaource »… recette que je n’ai publiée et que je ne vous ai dévoilée que dernièrement sur le blog !…

11-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

Pour avoir déjà commencé à les goûter et à les intégrer dans quelques recettes, que vous découvrirez petit à petit sur le blog, je peux vous affirmer que ce sont des huiles d’exception !…

7-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok  8-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

Dans le pack de 3 huiles, j’adore celle infusée au basilic : c’est ma préférée !… quoique, moi qui aime l’ail, j’avoue que celle infusée à l’ail est plutôt sympathique en bouche également !… et celle au thym et romarin, peut être un peu plus commune, dirais-je, mais très subtile, et de ce fait tout aussi attrayante dans ma cuisine !

4-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok  5-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

Quant à l’huile vierge de noix de coco bio, c’est plutôt quelque chose d’inhabituel pour moi… et donc, je suis bien heureuse de pouvoir faire cette découverte !…

6-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

J’avoue que d’autres huiles de la marque La Tourangelle me tenteraient bien… j’ai encore un peu de place dans ma cuisine pour les y accueillir !… surtout celle d’avocat, celle de pistache, et vous vous en doutez, également celle de noix… moi qui vis depuis longtemps maintenant à côté de Grenoble !… et je vous avoue aussi mon penchant pour celle de noisettes !…

9-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok  10-challenge-salade-dete-sur-cuisine-actuelle-la-tourangelle-ok

 

En allant sur le site La Tourangelle, j’ai découvert d’autres huiles, comme celles de lin, de sésame, de pépins de courge, de pépins de raisins, etc. Bref, une vraie caverne d’Ali Baba, pour qui veut bien y pénétrer !…

Je remercie donc toute l’équipe de « Cuisine Actuelle » de m’avoir choisie pour remporter parmi d’autres ce challenge, car grâce à cela, je découvre des huiles d’exception de La Tourangelle !

Culinairement et énergétiquement vôtre !

Lydie

«Revue de blogs» pour des salades estivales à base de légumes sur «Cuisinons les légumes – Prince de Bretagne»!…

1-salade de fenouil en trois façons OK

Nous sommes au plein cœur de la saison estivale, et « Cuisinons les légumes Prince de Bretagne » nous propose toute une belle sélection de recettes d’été à base de légumes, pour savourer les légumes tout en fraîcheur !…

Revue de blogs pour des salades estivales à base de légumes 1

 

… dont ma recette de « Salade de fenouil en trois façons »

7-salade de fenouil en trois façons OK

 

Pour apprécier cette belle revue de blogs, un seul clic, ici !

Revue de blogs pour des salades estivales à base de légumes 3

 

En plus, « Cuisinons les légumes » nous passe en détail les légumes d’été que nous pouvons intégrer dans nos salades composées pour les déguster de manière optimale…

Revue de blogs pour des salades estivales à base de légumes 2

 

En tout cas, un grand merci à « Prince de Bretagne » d’avoir sélectionné l’une de mes recettes pour cette revue de blog sur « Cuisinons les légumes » !…

Culinairement et énergétiquement vôtre !

Lydie

« Cuisiner coloré », ça veut dire quoi ?… ça consiste en quoi ?…

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 1

Tout comme on entend souvent ces derniers temps, « Dis-moi où tu as mal, je te dirai qui tu es, ou pourquoi… », et même, « Dis-moi ce que tu portes, je te dirai qui tu es… », et bien on dit aussi « Dis-moi ce que tu manges, et je te dirai qui tu es !… »

A l’inverse, c’est parce que l’on est comme ci ou comme ça, que l’on mange ceci ou cela… de manière équilibrée, en excès ou en déficit !…

Mais dès que l’on commence à manger consciemment, on peut, un peu, se changer, se modifier, s’améliorer…

*************************************************************************************************

Petit questionnaire sur les couleurs, qui vous aidera peut-être à manger coloré de manière plus consciente et bénéfique pour vous !…

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 5

NB : mettez des croix partout où cela s’impose dans le tableau, puis comptez les croix et faites votre conclusion vous-même, enfin adaptez votre liste de courses selon…

*************************************************************************************************

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 4

Ce qui est intéressant, c’est tout d’abord de se tester, et de regarder avec attention ce qui remplit nos placards de la cuisine et notre réfrigérateur… et puis, de jeter un œil sur ce qui est dans notre panier quand on rentre à la maison après avoir fait les courses pour la semaine !…

*************************************************************************************************

Petit tableau des couleurs dans votre alimentation hebdomadaire, jour par jour !…

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 6

NB : prenez ce tableau avec vous quand vous allez faire vos courses pour prévoir suffisamment d’aliments colorés pour toutes la semaine, puis pendez-le sur votre réfrigérateur et cochez la ou les couleurs que vous avez mangée(s) chaque jour… à la fin de la semaine, faites le total !…

*************************************************************************************************

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 3

Il existe des tas de méthodes pour apprendre à manger en toute conscience…

Certaines vont dans le même sens, bien qu’elles soient légèrement différentes, et d’autres sont complètement contradictoires…

Je pense qu’elles sont toutes bonnes à prendre… C’est juste à chacun de savoir laquelle lui correspond le mieux !

Une de mes méthodes personnelles, c’est « Cuisiner coloré », car la couleur est très importante, et ce jusque dans les aliments !

Il existe plusieurs manières de cuisiner coloré :

*************************************************************************************************

  • La première méthode qui classe les ingrédients – principalement fruits et légumes – de la façon suivante :

Les fruits et les légumes sont riches en vitamines, en minéraux et en fibres alimentaires. Ils sont également riches en composés phytochimiques, qui, ces derniers, procurent des effets biologiques divers, comme par exemple à titre d’antioxydants.

Nombreux sont les composés phytochimiques qui possèdent des pigments naturels, et qui du coup donnent aux légumes et aux fruits leur couleur. Cette dernière peut donc nous guider dans nos choix alimentaires, pour que nous puissions obtenir une large gamme de composés phytochimiques et de nutriments.

Les fruits et les légumes peuvent, de ce fait, être divisés en 5 catégories : rouge, jaune-orangé, vert, bleu-violet, blanc-brun clair-brun.

Il est bon de manger coloré varié chaque jour, ou au moins chaque semaine, car c’est une bonne façon de varier son alimentation, et de ce fait, d’être sûr de donner à notre corps tout ce dont il a besoin pour être et rester en bonne santé.

Les groupes de couleurs-aliments tendent à correspondre à des combinaisons différentes de nutriments et de composés phytochimiques… Donc « plus il y a de couleurs dans l’assiette, et mieux c’est pour la santé ! »

  • Les fruits et les légumes « rouge » : ils contiennent des anthocyanines et du lycopène, entre autres, tels que la betterave, la cerise, la canneberge, le chou rouge, la framboise, la grenade, la pastèque, l’oignon rouge, le poivron rouge, la pomme rouge, le radis, le raisin rouge, le rhubarbe, la tomate rouge…

pomme grenade OK

Après des recherches sur le lycopène, on pense qu’il joue un rôle dans la réduction des risques de certains cancers, principalement celui de la prostate. En ce qui concerne les anthocyanines, suite à des études, on tente à établir leur rôle dans le retardement de certaines maladies associées au vieillissement.

  • Les fruits et les légumes « jaune-orangé » : ils contiennent de la béta-carotène et des flavonoïdes, entre autres, tels que l’abricot, l’ananas, la carotte, le citron, la citrouille, la mandarine, la mangue, la nectarine, l’orange, la papaye, la patate douce, la pêche, le poivron jaune, la tomate jaune…

courge stripetti OK

Après des études sur leurs composés phytochimiques et sur la vitamine C, on pense que ces aliments réduisent les risques de maladies du cœur, de certains cancers, et qu’ils jouent un rôle dans le ralentissement du vieillissement.

  • Les fruits et les légumes « vert » : ils contiennent de la lutéine et des indoles, entre autres, tels que l’artichaut, l’asperge verte, l’avocat, le brocoli, le chou de Bruxelles, la groseille à maquereau, le chou vert, le concombre, le haricot vert, le kiwi, le citron vert, la poire verte, le petit pois, le poivron vert, la pomme verte, le raisin vert…

avocat OK

Après des recherches, on tente à établir les effets bénéfiques de la lutéine notamment au niveau de la santé des yeux et ceux des indoles dans la réduction du risque de certains cancers.

  • Les fruits et les légumes « bleu-violet » : ils contiennent de l’anthocyanine et des composés phénoliques, entre autres, tels que l’asperge mauve, l’aubergine, la baie de sureau, le cassis, la figue, la mûre sauvage, le pruneau, la prune, le raisin bleu…

1-figues noires rôties OK

Après des études sur leurs composés phytochimiques antioxydants, on pense qu’ils réduisent le risque de certains cancers, de maladies du cœur, et qu’ils jouent un rôle dans le ralentissement du vieillissement.

  • Les fruits et les légumes « blanc-brun clair-brun » : ils contiennent des composés phytochimiques tels que des composés sulfurés et des polyphénols, entre autres, tels que l’ail, le céleri-rave, le champignon, le chou-fleur, l’endive blanche, le litchi, le navet, l’oignon, le panais, la pêche blanche, la poire brune, le manioc…

céleri-rave OK

Après des recherches sur ces deux types de composés, on tente à penser qu’ils jouent un rôle dans la réduction des risques de maladies du cœur.

*************************************************************************************************

  • La deuxième méthode qui classe les ingrédients – fruits et légumes, mais pas que… – de la façon suivante : (c’est celle que j’utilise principalement !…)

La couleur des aliments est l’une des principales raisons pour lesquelles ils nous attirent

La couleur est l’un des attributs des aliments, avec l’arôme, la texture et le goût… tout cela stimule notre appétit et nous fait même saliver !

Nous choisissons tous régulièrement les aliments pour leur couleur et par conséquent pour leur propriétés que nous leur connaissons, et qui sont justement associées à la couleur… une orange pour sa vitamine lorsque nous sommes enrhumés par exemple, ou de la viande rouge quand nous nous sentons fatigués, etc.

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 0

Régimes équilibrés et variations :

Il y a des tas de sortes de régimes ; le principal, lorsque l’on en choisit un, c’est qu’il comporte toutes les catégories d’aliments  en proportions variées : glucides, fruits et légumes, viande, poisson, autres protéines et quelques graisses… ainsi, on ingère toutes les couleurs du spectre !

Parfois, nous devons manger davantage de certains aliments, et un peu moins d’autres, selon la saison en cours, ou le temps, et surtout selon notre santé, notre niveau de stress et notre humeur du moment !

Manger coloré veille ainsi à apporter le nécessaire au corps et à l’esprit selon des conditions particulières et des états d’esprits particuliers… d’où la connotation des couleurs-sentiments, des couleurs-émotions, des couleurs-chakras

L’absence d’une couleur dans l’alimentation, voire même le manque total de cette couleur dans nos assiettes, peut causer des problèmes émotionnels, mentaux et/ou physiques. Il en va de même pour une couleur trop dominante

  • Les aliments de couleurs chaudes, dont on sépare chacune des 3 couleurs : ils stimulent, en règle générale, notre système, ils purifient notre sang et ils revigorent nos niveaux immunitaires… Ils nous aident également à nous enraciner dans le monde physique et à nous engager positivement avec la vie. Nous en avons besoin pour recharger nos batteries et surtout pour tenir les infections et les maladies à distance !
  • Les aliments « rouge » : ils contiennent du fer, entre autres, ce qui est essentiel à la formation des globules rouges et aussi pour conserver une certaine énergie, tels que la tomate rouge, le poivron rouge, le chou rouge, la betterave, le piment rouge, le haricot rouge, le poivre, le gingembre, le piment de Cayenne, le romarin, la sauge rouge, la viande rouge, la cerise, la rhubarbe, la pomme rouge, la fraise, la framboise, la groseille… et si vous êtes végétariens, alors n’hésitez pas à incérer dans votre alimentation des légumes verts à feuilles pour remplacer la viande rouge, car ils contiennent en principe également du fer, et sont donc considérés comme des ingrédients « rouge », comme l’épinard, par exemple (même si Popeye nous a un peu menti…) !…

pomme rouge OK

  • Les aliments « orange » : ils contiennent souvent de la vitamine C, surtout dans les agrumes, qui apporte santé et vitalité, et aussi de la bêta-carotène, qui est un principal antioxydant et qui protège contre la pollution de l’air, tels que la courge, la carotte, l’orange, le poivron orange, la coriandre, le cumin, la lentille corail, la mandarine, la pêche, l’abricot, la nectarine, la mangue, la papaye, le melon… et même le miel qui est très bon pour le système immunitaire !…

clemenvilla OK

  • Les aliments « jaunes » : ils sont importants pour le bon fonctionnement du système digestif et pour la détoxification du corps humain. Ils sont également conseillés pour le système nerveux et les facultés mentales, comme la mémoire, le raisonnement et la capacité à se concentrer… aliments tels que le maïs, le poivron jaune, le safran, la cannelle, la citronnelle, l’aneth, le carvi, la lentille jaune, le beurre, l’huile, les graines et les céréales en général, l’ananas, le citron jaune, le pamplemousse, et la banane, qui, elle, est riche en potassium, un minéral dont l’insuffisance dans le corps peut entraîner une confusion mentale et une certaine fatigue…

épi de maïs doux OK

  • Les aliments de couleur neutre : ils sont directement associés à une alimentation saine… d’ailleurs, on imagine difficilement pouvoir manger trop de ces aliments, car ils sont tellement sains !… Cependant, au mieux, il faut les combiner avec des aliments d’autres couleurs pour une alimentation parfaitement saine. Ces aliments ont la couleur de la nature, et en découle de là notre vision d’une alimentation verte naturellement saine !…
  • Les aliments « vert » : ils sont riches en vitamines et minéraux nécessaires à l’équilibre. Ils sont bons pour le cœur, et beaucoup des aliments vert aident à prévenir des maladies cardiaques ; ils diminuent la pression sanguine, ils libèrent le stress et la tension, ils soulagent les maux de tête et ils aident à résoudre les problèmes émotionnels. Ils équilibrent les énergies et ils sont de ce fait bons pour ramener le corps en harmonie, tels que le chou vert, la salade verte, le poivron vert, la courgette, le pois, le céleri-branche, le haricot vert, le brocolis, le concombre, l’avocat, l’asperge verte, le persil, l’estragon, la menthe, le basilic, la ciboulette, la lentille verte, les aliments neutres comme le yaourt et le tofu, la pomme verte, la poire verte, le kiwi, le citron vert, le raisin vert, la groseille à maquereau, la reine-claude…

asperge verte OK

  • Les aliments de couleurs froides : (personnellement, je tente de les séparer en bleu, indigo et violet, mais en principe, on les laisse en un seul groupe !). Ils sont particulièrement bons lorsque l’on manque d’inspiration. Il n’en existe pas autant que des aliments rouge, orange, jaune et vert, mais ils n’en restent pas moins importants dans une alimentation saine !… Ils s’opposent directement aux aliments de couleurs chaudes, puisqu’ils rafraîchissent et calment. En principe, ils nourrissent aussi le système nerveux, le cerveau et les facultés mentales. Si on considère qu’avec le violet, nous faisons le tour du spectre chromatique pour revenir vers le rouge, alors on peut dire que certains aliments violet  sont énergisants, mais surtout au niveau mental ! Il est bon d’introduire des aliments de couleurs froides dans un régime, surtout si on a été stressé, et si on a besoin de ralentir, voire même si on souhaite se retirer du monde extérieur pendant quelque temps…
  • Les aliments « bleu-indigo-violet » : certains aliments de couleurs froides obtiennent leur couleur en étant exposés au soleil, comme le raisin noir ou violet par exemple, et donc il est important de les manger avec la peau car c’est cette partie-là qui a été au soleil et qui contient certaines propriétés ; certains poissons sont considérés comme des aliments bleu, indigo, violet… comme le maquereau et la sardine, qui sont des poissons gras, et dont la teinte des écailles est généralement bleutée ; ce type de poissons contient des acides gras omega-3 qui préviennent des maladies cardiaques et soulagent les arthrites rhumatoïdes : ils sont riches en vitamine D, et nécessaires pour absorber le calcium, vital pour la croissance des os. Parmi ces aliments, on compte entre autres la salade à feuilles violettes, l’aubergine, les fruits de mer, le brocoli violet, le champignon, l’olive noire, la sauge bleue, la baie de genièvre,  le haricot noir, le soja noir, le raisin noir, la myrtille, la prune, le pruneau, la cerise noire, le cassis…

1-smoothie de prune au soja OK

Dans cette méthode, qui lie aliments, couleurs, vitamines, minéraux, chakras et états d’esprit, on ne parle pas, en principe, des aliments blancs et bruns… Personnellement, depuis peu, je m’efforce de les différencier quand même !

(Source : Chromothérapie, Découverte et Initiation, Stephanie Norris, Evergreen)

*************************************************************************************************

Cuisiner coloré, ça veut dire quoi 2

Vous remarquerez donc certaines divergences, notamment pour ce qui est des légumes verts à feuilles, comme les épinards, dont la couleur est verte et qui est, dans la première méthode, considéré comme un aliment vert, et dont les propriétés sont rouges, dans la deuxième méthode

Certaines divergences se trouvent également au niveau de certains aliments, comme l’ail dont la couleur est blanche et qui est de ce fait, dans la première méthode, considéré comme un aliment blanc, et dont les propriétés sont rouges, dans la deuxième méthode

… ou comme le champignon, dont la couleur est blanche et qui est de ce fait, dans la première méthode, considéré comme un aliment blanc, et dont les propriétés sont bleues, dans la deuxième méthode

Dans la première méthode, on distingue les aliments blanc-brun clair-brun ; dans la deuxième méthode, on les intègre parmi les aliments des autres couleurs

Dans la première méthode, on groupe les aliments orange et jaune ; pas dans la deuxième méthode ; dans la première méthode, on groupe les aliments bleu et violet ; dans la deuxième méthode, on tente de distinguer, autant que possible, les aliments bleu, indigo et violet

C’est à y perdre son latin, il est vrai, mais je pense sincèrement qu’il ne faut pas se focaliser sur telle ou telle méthode… le principal étant de suivre celle qui convient le mien, et cette appréciation-là est propre à chacun… et le plus important est également d’essayer de garder une certaine unité, une certaine régularité ainsi qu’une certaine logique dans l’utilisation de l’une ou de l’autre de ces méthodes…

Culinairement et énergétiquement vôtre !

Lydie

*************************************************************************************************

«Cuisine et Zen»… ou plutôt «Cuisinez-Zen»…

Ça faisait un petit moment déjà que je souhaitais écrire un article comme celui-ci…

… Lorsque j’ai commencé succinctement mais sûrement à cuisiner avec les couleurs, sur mon premier blog « Le Blog des Surprises », je le faisais parce que j’avais lu un tas de bouquins sur les couleurs, la thérapie par les couleurs, la chromo-thérapie, etc., et que je trouvais, du coup, intéressant de mêler ingrédients, cuisine, énergie et couleurs dans une assiette !

Mais voilà, de par mon activité dans les énergies, dans le Reiki, le Magnétisme, etc., je lis également beaucoup de livres intéressants, que ce soit sur la méditation, la pensée positive, et j’en passe…

Il y a peu, je suis retombée sur un petit livre, que j’avais lu, il y a quelques années déjà, « Zen, Equilibre et Bien-être, de Silvia Canevaro, Bookan La Jungle des Livres »

Je l’ai re-feuilleté, et lorsque je suis tombée nez à nez avec les pages 86 et 87, je me suis dit « Tiens, en fait, tout le monde parle bio, sain, naturel, local, de saison, zéro gâchis, etc., sans même savoir, qu’en fin de compte, c’est tout simplement, ou presque, de la cuisine zen ! »

2-Cuisine et Zen

Et oui !… dans le zen, on pense aussi un peu cuisine, et on pense cuisine ainsi : je cite :

« Dans le bouddhisme zen, le régime alimentaire conseillé varie suivant le type d’activités menées par le moine ou par le laïc au cours d’une journée normale.

Il n’existe pas de restrictions alimentaires particulières, même si les monastères privilégient généralement une alimentation végétarienne.

Ce qui compte réellement, c’est la manière de cuisiner et de manger.

Comme pour toutes les autres pratiques spirituelles, une alimentation correcte et la préparation des repas sont partie intégrante de la pratique méditative.

Le premier maître à codifier les règles à suivre pendant les repas fut le fondateur de l’école Sôtô Zen, Eihei Dôgen Zenjo (1200-1253) ; son enseignement fut compilé dans l’ouvrage « Instructions au cuisinier zen » (Le Promeneur, 1994).

Il constitue un guide spirituel pour tout moine s’occupant de la cuisine et fournit de précieuses indications sur la vie de tous les jours.

Cuisiner correctement n’est donc pas qu’une question de santé physique, puisque la cuisine joue un véritable rôle spirituel.

1-Cuisine et Zen

Les principes de la cuisine zen ne sont autres que l’amour et la gratitude envers les aliments reçus, et envers tous les êtres dont nous nous alimentons, animaux comme végétaux.

Dans le Zen de l’école Sôtô, le cuisinier (tenzo) est la figure hiérarchique la plus importante après le prieur et le maître spirituel en charge du temple.

Le tenzo se lève à l’aube pour préparer le premier repas et se couche en dernier, car il doit nettoyer la cuisine et organiser le premier repas du lendemain.

La cuisine est notre temple et peut être considérée comme un véritable laboratoire d’alchimie où réside le mystère de la transformation des aliments.

Selon maître Dôgen, n’importe quel aliment peut être bon s’il est préparé consciemment, c’est-à-dire avec une extrême attention, une présence mentale et un certain amour pour ce que l’on cuisine.

L’énergie mise dans la préparation d’un repas influence sa réussite, au niveau gustatif comme au niveau de son contenu énergétique.

1-Couleurs et chakras

Enfin, voici quelques règles permettant de vivre pleinement le Zen en cuisine :

  • Privilégier des aliments simples et essentiels, de préférence en accord avec les saisons ;
  • Ne rien gâcher ;
  • Soigner la présentation des plats, de manière sobre mais élégante, afin d’en faire ressortir la beauté naturelle ;
  • Laver les assiettes, les ustensiles, et ranger la cuisine avec autant d’amour que pendant la préparation ;
  • Garder toujours à l’esprit que l’on est ce que l’on mange ! »

Vous me direz :

« Oui, mais où se trouve donc les couleurs dans tout ça ?… »

A moi de répondre :

« Chaque couleur a sa propre énergie, et dès lors que nous nous mettons à cuisiner consciemment avec les couleurs, l’énergie qui ressort de nos repas ne peut être que bénéfique !…

Cuisiner coloré, c’est aussi choisir le ou les bons ingrédients, dont la/les couleur/s nous attire/nt, probablement pour combler un manque énergétique qu’une partie de notre corps éprouve sur le moment !

Cuisiner coloré, c’est aussi, un peu, s’assurer de présenter joliment ses plats, ses assiettes, et de faire ressortir la beauté naturellement colorée des ingrédients utilisés dans la recette…

Cuisiner coloré, c’est être conscient de ce que nous mangeons, et par conséquent, être à même de savoir ce que nous sommes ! »

5-8-Psychologie des couleurs

Alors, dès aujourd’hui, pensez donc Zen, pensez Cuisine et Zen, pensez à Cuisiner Zen… et Cuisinez donc zen coloré !…

Culinairement et énergétiquement vôtre !

Lydie

*************************************************************************************************