Filet de merlan double pané aux flocons d’avoine, salade de chou vert cru

 

Un plat simple, rapide et goûteux !

Juste une petite précision avant de vous livrer ma recette du jour : sur le blog, je cuisine rarement blanc… J’ai choisi de classer cette recette parmi les recettes « blanc », du fait de que le merlan est considéré comme un poisson « blanc » du fait qu’il est un poisson maigre et non gras  (les poissons gras font partie des ingrédients dits « bleu »)… Pour davantage de précisions sur la couleur des poissons, c’est par ici  qu’il faut cliquer !

Pour cette recette de couleur BLANC, il n’y a pas d’association avec les chakras… Néanmoins, l’ingrédient « merlan », il me faut bien le classer quelque part !…

Et si nous devions classer cette couleur de manière un peu plus précise, alors nous le ferions de préférence en l’associant aux couleurs qui représentent les chakras supérieurs, tel que le chakra coronal de couleur violet, comme nous le faisons souvent en litho-thérapie par exemple !…

BESOIN DE « MANGER BLANC »

 

Introduction :

C’est le filet de merlan double  que nous choisissons aujourd’hui pour représenter le besoin de « manger blanc ».

Nous le préparons avec en accompagnement une bonne salade de chou vert cru… Si avec tout cela, notre besoin de manger blanc n’est pas comblé !…

 

A mettre dans votre panier, pour pouvoir réaliser cette recette comblant notre besoin de manger blanc !

Pour 1 personne en guise de plat principal :

Pour le poisson et sa panure :

  • 1 filet de merlan double d’environ 90g
  • 1 peu d’huile d’olive

 

  • 1 peu de farine
  • 1 œuf entier battu en omelette
  • 50g de flocons d’avoine
  • 30g de chapelure dorée extra croustillance

 

Pour la salade de chou vert cru :

  • 100g de chou vert cru à laver et à détailler en lamelles
  • ¼ de pomme rouge à laver (non-épluchée) et à couper en morceaux
  • Quelques graines de pomme-grenade

Pour la sauce de salade de chou :

  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
  • 1 cuillère à café bombée de moutarde mi-forte
  • Du poivre du moulin, mais pas de sel
  • 1 cuillère à café de sucre roux

 

Comment procéder :

Nous retirons les éventuelles arêtes du filet de merlan double, nous salons et nous poivrons dessus-dessous, et nous le recouvrons tout d’abord de farine, puis d’œuf battu, enfin d’un mélange de flocons d’avoine et de chapelure.

Nous faisons cuire ensuite dans l’huile d’olive à la poêle, sur feu moyen, jusqu’à obtention d’une dorure souhaitée de la panure.

Pendant ce temps, nous préparons la salade de chou vert cru, en lavant ce dernier, et en le détaillant en lamelles.

Nous lavons la pomme rouge et sans l’éplucher nous la coupons en morceaux, et l’ajoutons aux lamelles de chou vert cru, ainsi que les graines de pomme-grenade.

Nous préparons la sauce à base d’huile d’olive, de vinaigre de cidre, de moutarde, de poivre du moulin et de sucre roux, et la versons sur le chou vert-pomme rouge-grenade.

Lorsque tout est prêt, nous pouvons servir et déguster.

 

**********************************************************************************

Culinairement et énergétiquement vôtre,

Lydie

**********************************************************************************

 

Publicités

Coulommiers en croûte feuilletée

 

Quoi de plus fondant qu’un fromage fondu et coulant enveloppé dans de la pâte feuilletée ?… vous allez fondre devant cette recette… promis, juré, craché !

Juste une petite précision avant de vous livrer ma recette du jour : sur le blog, je cuisine rarement blanc… Si j’ai choisi de classer cette recette parmi les recettes « blanc », c’est du fait de la couleur du fromage présent dans la recette !

Pour cette recette de couleur BLANC, il n’y a donc pas d’association avec les chakras… Mais si nous devions classer cette couleur de manière un peu plus précise, alors nous le ferions de préférence en l’associant aux couleurs qui représentent les chakras supérieurs, tel que le chakra coronal de couleur violet, comme nous le faisons souvent en litho-thérapie par exemple !…

BESOIN DE « MANGER BLANC »

 

Introduction :

C’est le Coulommiers  que nous choisissons aujourd’hui pour représenter le besoin de « manger blanc ».

Nous ajoutons à cela d’autres ingrédients, afin de réaliser un bon plat copieux… Si avec tout cela, notre besoin de manger blanc n’est pas comblé !…

 

A mettre dans votre panier, pour pouvoir réaliser cette recette comblant notre besoin de manger blanc !

Pour 2 personnes, en guise de plat principal :

  • 1 Coulommiers entier d’environ 300-350g
  • 250g de pâte feuilletée
  • 2 gros oignons
  • 100g de lardons fumés au bois de hêtre
  • Du sel et du poivre du moulin
  • Des herbes de Provence

 

Comment procéder :

Nous divisons la pâte feuilletée en deux : une partie d’environ 100g, une autre partie d’environ 150g.

Nous les étalons en deux cercles, celui de 100g de 2cm plus large que le Coulommiers, celui de 150g de 10cm plus large.

Nous coupons le Coulommiers en deux dans l’épaisseur.

Nous déposons le petit cercle de pâte feuilletée sur une feuille de cuisson, et par-dessus nous plaçons une moitié de Coulommiers, le côté coupé (intérieur) sur le dessus.

Nous salons, nous poivrons et nous parsemons quelques herbes de Provence.

Nous épluchons les oignons, les coupons en lamelles et en garnissons le Coulommiers. Nous ajoutons également les lardons.

Nous déposons l’autre moitié de Coulommiers, le côté coupé sur la farce, et appuyons bien sur le dessus pour que le tout adhère bien.

Nous fermons avec le grand cercle de pâte feuilletée en colmatant sur tout le pourtour. Nous retournons le tout, et rabattons le reste de pâte feuilletée joliment sur le dessus et piquons à la fourchette avant d’enfourner.

Nous faisons cuire au four préchauffé sur 200°C pendant environ 30 minutes, en baissant la température à mi-cuisson si nécessaire.

… à déguster de préférence dès la sortie du four !

NB : vous pouvez faire revenir les lardons à la poêle avant de les ajouter au reste de la farce.

 

**********************************************************************************

Culinairement et énergétiquement vôtre,

Lydie

**********************************************************************************

 

Cuisses de grenouilles panées à la purée de pommes de terre et boutons de pissenlit et leur pesto

1-cuisses-de-grenouilles-panees-ok

 

J’adore les cuisses de grenouilles, en principe à la persillade, mais parfois, les préparer d’une autre manière, c’est intéressant pour les papilles aussi !…

J’ai décidé aujourd’hui de les paner et de les servir avec une purée de pommes de terre et de boutons de pissenlit… Ainsi, j’ai remarqué qu’elles se tiennent beaucoup mieux à la cuisson… et c’est tout aussi pratique à manger avec les doigts… et même mieux !…

Juste une petite précision avant de vous livrer ma recette du jour : sur le blog, je cuisine rarement blanc… J’ai choisi de classer cette recette parmi les recettes « blanc », du fait de que la grenouille appartient à cette catégorie d’ingrédients dits « blanc », et sur le blog je classe également la grenouille parmi les viandes blanches et non parmi les poissons… Pour davantage de précisions sur la couleur des viandes, c’est par ici qu’il faut cliquer !

Pour cette recette de couleur BLANC, il n’y a pas d’association avec les chakras… Néanmoins, l’ingrédient « cuisse de grenouille », il me faut bien le classer quelque part !…

Et si nous devions classer cette couleur de manière un peu plus précise, alors nous le ferions de préférence en l’associant aux couleurs qui représentent les chakras supérieurs, tel que le chakra coronal de couleur violet, comme nous le faisons souvent en litho-thérapie par exemple !…

BESOIN DE « MANGER BLANC » 

Introduction :

C’est la cuisse de grenouille que nous choisissons aujourd’hui pour représenter le besoin de « manger blanc ».

cuisse-de-grenouille-ok

Nous ajoutons à cela d’autres ingrédients, afin de réaliser un bon plat copieux… Si avec tout cela, notre besoin de manger blanc n’est pas comblé !…

 

A mettre dans votre panier, pour pouvoir réaliser cette recette comblant notre besoin de manger blanc !

Pour 2 personnes, en guise de plat principal :

Pour les cuisses de grenouilles :

  • Environ 150-200g de cuisses de grenouilles par personne, soit environ 15-20 selon leur taille, en principe surgelées
  • Un peu de lait
  • De la farine
  • 1 à 2 œufs entiers
  • De la chapelure
  • Du sel et du poivre du moulin
  • De l’huile de friture

2-cuisses-de-grenouilles-panees-ok

Pour la purée :

  • 300g de pommes de terre, pesées à cru et non épluchées
  • 1 vingtaine de boutons fermés de pissenlit, soit environ 15g
  • Du sel et du poivre du moulin
  • 1 grosse noix de beurre
  • Un peu de crème entière fluide
  • Un peu d’eau de cuisson des pommes de terre
  • Du parmesan à râper à la minute, ou de l’Emmental râpé

3-cuisses-de-grenouilles-panees-ok

Comment procéder :

Nous faisons décongeler les cuisses de grenouilles dans du lait.

Pendant ce temps, nous épluchons et lavons les pommes de terre ; nous les faisons cuire dans de l’eau bouillante salée, et en fin de cuisson, nous ajoutons les boutons fermés de pissenlit.

Nous égouttons le tout, en veillant à garder suffisamment d’eau de cuisson, et nous réduisons en purée pommes de terre cuites et boutons de pissenlit.

Une fois réduits en purée, nous ajoutons un peu d’eau de cuisson de sorte à obtenir une consistance ni trop épaisse/compacte ni trop liquide.

Nous ajoutons un peu de beurre, de crème entière fluide ; nous assaisonnons en sel et en poivre, et juste avant de servir, nous râperons au choix soit un peu de parmesan soit un peu d’Emmental. Nous réservons au chaud.

Les cuisses de grenouilles décongelées, nous les séchons avec du papier absorbant. Nous les assaisonnons de sel et de poivre, puis nous les farinons, ensuite les trempons une à une dans de l’œuf battu, puis dans de la chapelure.

Nous les faisons cuire et dorer dans de l’huile de friture. Lorsqu’elles sont cuites, nous les déposons sur du papier absorbant pour retirer le surplus de gras.

Nous pouvons servir de suite bien chaud avec la purée de pommes de terre aux boutons de pissenlit, avec en accompagnement quelques fleurs de pissenlit séchées au four, et même du pesto de boutons de pissenlit, si cela nous enchante !

Bon appétit !

4-cuisses-de-grenouilles-panees-ok

*************************************************************************************************

Culinairement et énergétiquement vôtre,

Lydie

*************************************************************************************************

Vous aimez les cuisses de grenouilles ?… Voici une autre idée de recettes pour vous que vous trouverez sur le blog :

Cuisses de grenouilles au beurre d’ail sauvage 

2-cuisses de grenouilles au beurre d'ail sauvage OK

Dos de cabillaud poché au bouillon de légumes à la sauge et à la maniguette, tagliatelles de carottes et endives

1-cabillaud-poche-ok

 

Partons pour un peu de légèreté dans nos assiettes, avec ce dos de cabillaud accompagné de tagliatelles de carottes et d’endives.

BESOIN DE « MANGER BLANC » 

 

Introduction :

C’est le dos de cabillaud que nous choisissons aujourd’hui pour représenter le besoin de « manger blanc ».

cabillaud-ok

Nous ajoutons à cela d’autres ingrédients, afin de réaliser une assiette appétissante… Si avec tout cela, notre besoin de manger blanc n’est pas comblé !…

A mettre dans votre panier, pour pouvoir réaliser cette recette comblant notre besoin de manger blanc !

Pour 2 personnes en guise de plat principal léger :

  • 200g de dos de cabillaud
  • Du sel et du poivre du moulin
  • 150g de carottes à éplucher, laver et à couper en tagliatelles
  • 150g d’endives à laver, à couper en deux dans le sens de la longueur
  • Éventuellement du parmesan à râper à la minute
  • 120ml d’eau
  • Quelques feuilles de sauge fraîche à ciseler
  • Quelques baies du Paradis (maniguette)

2-cabillaud-poche-ok

3-cabillaud-poche-ok

Comment procéder :

Nous faisons bouillir l’eau avec la sauge et la maniguette quelques instants, puis nous réduisons le feu, et à feu moyen nous faisons tout d’abord cuire dedans les endives pendant 15-20 minutes en tout.

Au tiers de la cuisson, nous baissons le feu, et à petit feu nous ajoutons les carottes en tagliatelles et laissons cuire ainsi.

Au bout de 5-7 minutes, nous retirons les tagliatelles de carottes, les trempons dans de l’eau glacée pour stopper la cuisson, les égouttons délicatement et les réservons légèrement au chaud, et nous ajoutons les dos de cabillaud préalablement salés et poivrés dans le bouillon et laissons pocher à feu moyen pendant 7-8 minutes.

Lorsque tout est cuit et prêt, nous servons le cabillaud sur les endives, et les tagliatelles de carottes dans le bouillon encore bien chaud. Éventuellement, nous râpons à la minute un peu de parmesan sur les endives.

4-cabillaud-poche-ok

5-cabillaud-poche-ok

*************************************************************************************************

Culinairement et énergétiquement vôtre,

Lydie

*************************************************************************************************

NB :

Cette recette est réalisée suite à l’émission 2 de Masterchef Saison 5, où lors de l’épreuve sous pression, les candidats se sont retrouvés face à une Boîte Mystère avec du cabillaud et un panier de légumes (dont des carottes et des endives !), et où ils devaient préparer un plat avec un choix de cuisson imposée : soit vapeur, soit frit, soit poché… Ici j’ai choisi la cuisson « pochée » !… Cette recette est donc comme si j’avais moi aussi été sélectionnée pour poursuivre l’aventure, et voilà une des manières avec lesquelles j’aurais répondu à cette épreuve !…