«Cuisine et Zen»… ou plutôt «Cuisinez-Zen»…

Ça faisait un petit moment déjà que je souhaitais écrire un article comme celui-ci…

… Lorsque j’ai commencé succinctement mais sûrement à cuisiner avec les couleurs, sur mon premier blog « Le Blog des Surprises », je le faisais parce que j’avais lu un tas de bouquins sur les couleurs, la thérapie par les couleurs, la chromo-thérapie, etc., et que je trouvais, du coup, intéressant de mêler ingrédients, cuisine, énergie et couleurs dans une assiette !

Mais voilà, de par mon activité dans les énergies, dans le Reiki, le Magnétisme, etc., je lis également beaucoup de livres intéressants, que ce soit sur la méditation, la pensée positive, et j’en passe…

Il y a peu, je suis retombée sur un petit livre, que j’avais lu, il y a quelques années déjà, « Zen, Equilibre et Bien-être, de Silvia Canevaro, Bookan La Jungle des Livres »

Je l’ai re-feuilleté, et lorsque je suis tombée nez à nez avec les pages 86 et 87, je me suis dit « Tiens, en fait, tout le monde parle bio, sain, naturel, local, de saison, zéro gâchis, etc., sans même savoir, qu’en fin de compte, c’est tout simplement, ou presque, de la cuisine zen ! »

2-Cuisine et Zen

Et oui !… dans le zen, on pense aussi un peu cuisine, et on pense cuisine ainsi : je cite :

« Dans le bouddhisme zen, le régime alimentaire conseillé varie suivant le type d’activités menées par le moine ou par le laïc au cours d’une journée normale.

Il n’existe pas de restrictions alimentaires particulières, même si les monastères privilégient généralement une alimentation végétarienne.

Ce qui compte réellement, c’est la manière de cuisiner et de manger.

Comme pour toutes les autres pratiques spirituelles, une alimentation correcte et la préparation des repas sont partie intégrante de la pratique méditative.

Le premier maître à codifier les règles à suivre pendant les repas fut le fondateur de l’école Sôtô Zen, Eihei Dôgen Zenjo (1200-1253) ; son enseignement fut compilé dans l’ouvrage « Instructions au cuisinier zen » (Le Promeneur, 1994).

Il constitue un guide spirituel pour tout moine s’occupant de la cuisine et fournit de précieuses indications sur la vie de tous les jours.

Cuisiner correctement n’est donc pas qu’une question de santé physique, puisque la cuisine joue un véritable rôle spirituel.

1-Cuisine et Zen

Les principes de la cuisine zen ne sont autres que l’amour et la gratitude envers les aliments reçus, et envers tous les êtres dont nous nous alimentons, animaux comme végétaux.

Dans le Zen de l’école Sôtô, le cuisinier (tenzo) est la figure hiérarchique la plus importante après le prieur et le maître spirituel en charge du temple.

Le tenzo se lève à l’aube pour préparer le premier repas et se couche en dernier, car il doit nettoyer la cuisine et organiser le premier repas du lendemain.

La cuisine est notre temple et peut être considérée comme un véritable laboratoire d’alchimie où réside le mystère de la transformation des aliments.

Selon maître Dôgen, n’importe quel aliment peut être bon s’il est préparé consciemment, c’est-à-dire avec une extrême attention, une présence mentale et un certain amour pour ce que l’on cuisine.

L’énergie mise dans la préparation d’un repas influence sa réussite, au niveau gustatif comme au niveau de son contenu énergétique.

1-Couleurs et chakras

Enfin, voici quelques règles permettant de vivre pleinement le Zen en cuisine :

  • Privilégier des aliments simples et essentiels, de préférence en accord avec les saisons ;
  • Ne rien gâcher ;
  • Soigner la présentation des plats, de manière sobre mais élégante, afin d’en faire ressortir la beauté naturelle ;
  • Laver les assiettes, les ustensiles, et ranger la cuisine avec autant d’amour que pendant la préparation ;
  • Garder toujours à l’esprit que l’on est ce que l’on mange ! »

Vous me direz :

« Oui, mais où se trouve donc les couleurs dans tout ça ?… »

A moi de répondre :

« Chaque couleur a sa propre énergie, et dès lors que nous nous mettons à cuisiner consciemment avec les couleurs, l’énergie qui ressort de nos repas ne peut être que bénéfique !…

Cuisiner coloré, c’est aussi choisir le ou les bons ingrédients, dont la/les couleur/s nous attire/nt, probablement pour combler un manque énergétique qu’une partie de notre corps éprouve sur le moment !

Cuisiner coloré, c’est aussi, un peu, s’assurer de présenter joliment ses plats, ses assiettes, et de faire ressortir la beauté naturellement colorée des ingrédients utilisés dans la recette…

Cuisiner coloré, c’est être conscient de ce que nous mangeons, et par conséquent, être à même de savoir ce que nous sommes ! »

5-8-Psychologie des couleurs

Alors, dès aujourd’hui, pensez donc Zen, pensez Cuisine et Zen, pensez à Cuisiner Zen… et Cuisinez donc zen coloré !…

Culinairement et énergétiquement vôtre !

Lydie

*************************************************************************************************

Publicités

8 réflexions au sujet de « «Cuisine et Zen»… ou plutôt «Cuisinez-Zen»… »

Vous appréciez les couleurs dans votre assiette ?... Laissez-moi donc un petit commentaire !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s